Actualités
Les actualités
Partners Finances
Actualités > Pret professionnel > Professions libérales : comment financer la reprise d'une patientèle ?

Professions libérales : comment financer la reprise d'une patientèle ?

Posté le 11 juin 2021 à 08:00
professions-liberales-comment-financer-reprise-patientele

Infirmier, dentiste, radiologue… professionnel de la santé, vous avez choisi de vous installer dans votre propre cabinet.

Créer sa patientèle peut être une source d’incertitudes et certains préfèrent reprendre un cabinet encore en exercice. Cela permet de ne pas partir de zéro Toutefois, une continuité doit être assurée. Un délai de vacances important entraîne généralement un flux des patients vers d’autres cabinets sans certitude qu’ils reviennent.

Pour ne pas manquer une opportunité, mieux vaut anticiper !

 

Les experts en prêts professionnels de Partners Finances vous expliquent donc en quoi consiste la reprise d’une patientèle, comment en estimer la valeur, et comment trouver les fonds nécessaires à ce rachat.

 

Pour une étude de faisabilité de votre projet sous 48h**, faites la simulation en ligne. Elle est gratuite et sans engagement. Des experts vous accompagnent dans toutes vos démarches.

 

 

Reprendre une patientèle signifie que la propriété d’un cabinet est transférée d’un professionnel (le cédant) à un autre (cessionnaire), au travers d’un contrat.

La reprise peut concerner tout ou partie de la patientèle, et éventuellement inclure le local. En cas de bail professionnel, celui-ci est alors transféré dans le cadre du contrat de cession du fonds libéral dont il est un élément constitutif. Si le cédant est propriétaire du local, en revanche, celui-ci ne peut être intégré dans l’acte de cession du fonds libéral.

Font également partie de la cession : la ligne téléphonique, le fichier des patients et le matériel (qui fera l’objet d’une évaluation spécifique).

Une clause de non-concurrence limitée dans l’espace et dans le temps sera également prévue pour protéger le cessionnaire.

 

 

Une patientèle est souvent évaluée entre 30 et 50 % du chiffre d’affaires moyen réalisé au cours des trois dernières années. C’est la méthode la plus simple à défaut d’être la plus juste.

Il existe en effet plusieurs méthodes pour estimer précisément la valeur de la patientèle, dont les 3 plus fréquentes et pertinentes sont :

  • La méthode dite « patrimoniale ».
    Il s’agit ici d’évaluer le prix des actifs immobilisés, soit ce qui est en la possession du cédant, et en déduire les dettes pour obtenir l’actif net comptable. Les actifs sont estimés sur base du chiffre d’affaire. Toutefois, du fait des fluctuations du marché, la valeur intrinsèque du cabinet ne peut être précisément évaluée avec cette seule méthode.

 

  • La valeur de rendement (30 à 50 % du CA, la plus fréquente).
    Dans ce cas-ci, on va appliquer un pourcentage aux bénéfices réalisés sur les trois derniers exercices. Comme pour la méthode patrimoniale, encore faut-il choisir justement ce coefficient. Il faut également anticiper ici les investissements futurs nécessaires et le besoin en fonds de roulement qui ne sont pas pris en compte.

 

  • L’évaluation sur base de la capacité à rembourser son emprunt.
    Il s’agit ici de la méthode privilégiée par les banques consistant à évaluer le prix qui permettrait à l’acquéreur de rembourser son emprunt tout en conservant un revenu similaire à celui auquel il pourrait prétendre en tant que salarié.

 

Quelle que soit la méthode de base choisie, plusieurs facteurs vont faire fluctuer votre estimation pour qu’elle soit la plus pertinente :

  • La notoriété du cabinet et de l’ancien praticien, voire du personnel qui serait également « repris ».
  • L’emplacement du cabinet (zone surdotée ou déserte, ou autre).
  • La qualité de la patientèle (ancienneté, récurrence et fidélité de la patientèle, par rapport à l’ancienneté du cabinet)
  • La diversité des soins proposés et des cas traités qui viennent influencer le chiffre d’affaire
  • La concurrence
  • Les perspectives de développement
  • Le matériel (la qualité et l’ancienneté des équipements, ainsi que des aménagements)
  • Tout autre élément propre aux activités du cabinet dont vous reprenez la patientèle, comme la qualité de l’organisation ou de l’environnement juridique…

 

 

 

Faites l’inventaire de vos ressources :

  • Fonds propres disponibles pour cet investissement,
  • « Love money », soit l’aide financière de vos proches peuvent vous apporter,
  • Aides publiques éventuelles (en fonction du secteur d’activité).

 

Listez l’ensemble des dépenses avec une estimation aussi précise que possible :

  • Devez-vous financer exclusivement la reprise de la patientèle?
  • Devez-vous également investir dans un local professionnel, y réaliser des travaux ?
  • Aurez-vous besoin d’investir dans du matériel?
  • Quelles seront les charges de fonctionnement récurrentes de votre activité ?

 

Notre conseil. Prenez contact avec des professionnels pour la préparation de votre business plan, en particulier le plan de financement et le prévisionnel.

 

 

En confrontant vos ressources avec les dépenses, vous pouvez estimer le financement dont aurez besoin pour lancer votre activité.

Il est important ici de garder un équilibre entre le financement sur fonds propres (il n’est jamais conseillé d’investir la totalité de son épargne dans son activité professionnelle) et l’endettement qui doit rester raisonnable.

  • Crédit vendeur – paiement échelonné d’une partie du montant de la reprise par le cessionnaire auprès du cédant, dont les taux, montant et échéance sont fixés librement dans un contrat entre les deux parties.
  • Prêts bancaires – d’une durée maximale de 7 ans, certains crédits permettent notamment un différé de remboursement (12 mois) qui laisse le temps de démarrer l’activité plus sereinement.
  • Crédit-bail pour les locaux et le matériel.
  • Garantie d’emprunt bancaire par BPI France.

 

 

Passer par un courtier ou conseiller en crédits professionnels, vous permet d’avoir un seul interlocuteur de confiance.

Celui-ci vous accompagne dans la préparation de votre dossier, notamment l’élaboration de votre prévisionnel pour votre business plan.

Il vous présente et explique les différents financements adaptés, ainsi que leurs conditions. Ensuite, il négocie pour vous les meilleures offres auprès des établissements prêteurs et éventuels investisseurs.

Vous gagnez du temps et bénéficiez de l’accompagnement d’un expert en solutions de financement pour les entreprises.

 

Les experts en solutions de crédits professionnels de Partners Finances étudient la faisabilité de votre projet sous 48h**. Pour bénéficier de leur accompagnement, faites la simulation en ligne. Elle est gratuite et sans engagement.

 

 

Consultez également nos autres dossiers dédiés aux professionnels :

Votre simulation gratuite
Type de projet
Montant du projet
Lancer ma simulation