Actualités
Les actualités
Partners Finances
Actualités > Rachat de credits > Comment reprendre le contrôle de son budget face à une situation financière difficile ?

Comment reprendre le contrôle de son budget face à une situation financière difficile ?

Posté le 11 décembre 2020 à 13:00
Mère célibataire et ses deux enfants en randonnée

Lorsque l’on traverse un moment difficile de notre vie, il n’est pas rare que celui-ci soit accompagné de difficultés financières. La naissance de plusieurs enfants quand on pensait n’en attendre qu’un, un divorce, le décès d’un proche, la perte de son emploi, une longue période d’invalidité… les accidents de la vie sont nombreux. Dans ces moments, il n’est pas rare de ne plus oser regarder son compte. Le découvert se creuse alors. Avant que votre situation ne devienne problématique ou simplement pour assurer la pérennité d’une bonne gestion de votre budget et, avec celle-ci, votre tranquillité d’esprit, Partners Finances vous relaie quelques conseils.

La première chose à faire est de prendre conscience de chacune de vos dépenses.

Lorsqu’on vit un moment financièrement difficile, la tentation est grande d’éviter de jeter un œil à son compte en banque. Sans suivi, cela ne peut pas bien se passer et on entre dans un engrenage dont il sera difficile de s’extraire par la suite : ne pas suivre ses comptes, être à découvert, être stressé par cette situation, ne plus regarder ses relevés de compte… et le négatif se creuse.

Heureusement, il n’est jamais trop tard pour inverser la vapeur ! A la manière du pansement qu’on enlève d’un coup, on va s’asseoir, inspirer et lister ses dépenses. C’est la première étape.

Vous allez voir que parmi celles-ci se trouvent

  • des dépenses « contraintes » - celles qu’on ne pourra pas faire baisser dans l’immédiat : crédits, loyer, cantine, garde d’enfants,
  • des dépenses essentielles - sur lesquelles vous pourrez travailler dès aujourd’hui même si elles sont incontournables : courses alimentaires, frais de transport, internet et téléphonie, habillement des enfants,
  • des dépenses non-essentielles - qui correspondent plus à nos envies qu’à nos besoins : abonnements à des plateformes de streaming, salle de sport, repas pris à l’extérieur, habillement des adultes.

Chaque situation est particulière ! La définition de vos objectifs financiers est donc un choix personnel qui doit être réaliste, défini dans le temps et mesurable.

Prenons un exemple. Votre objectif n°1 pourra être de ne plus finir le mois en négatif. Votre objectif n°2 de vous recréer une épargne. Il faudra donc logiquement atteindre l’objectif n°1 avant de même songer au deuxième.

Outre le stress que cela occasionne, vous payez des frais bancaires lorsque vous tombez en négatif. Ce sont des dépenses inutiles qu’il est urgent de supprimer.

En fonction de votre situation, un assainissement des dépenses suffira, mais il est vrai que parfois on aura besoin d’une aide extérieure (un rachat de crédits par exemple).

A nouveau, en fonction de vos dépenses et de vos revenus, il sera possible de sortir du rouge en trois mois comme en six. C’est l’examen de vos dépenses qui vous le dira. Dans tous les cas, de la même manière qu’un régime alimentaire ne fonctionne que s’il est suivi de nouvelles bonnes habitudes, il s’agira de prendre des résolutions auxquelles vous pourrez vous tenir.

Cela implique que vous teniez désormais vos comptes à jour. Vous verrez que vos efforts payeront progressivement. Chaque euro gagné sera une petite victoire, c’est très satisfaisant à court terme, mais il faudra garder en vue son objectif n°1 (ne plus finir le mois en négatif) et, lorsque vous l’aurez atteint, vous consacrer à l’objectif 2.

Vous avez listé et trié vos dépenses. Vous savez ! Vous savez maintenant quelle est la part de vos revenus consacrée aux dépenses contraintes, essentielles et non essentielles.

Fixez un plafond à ne pas dépasser dans la limite ce qu’il vous est possible de faire pour chaque poste.

Pour vous y aider, deux méthodes existent en fonction de vos affinités avec le numérique :

  • Soit vous prenez un carnet. Sur la première page vous notez tous les postes fixes (pour l’instant), sur les suivantes, mois par mois, vous allez noter chaque dépense.
    Partagez la page en plusieurs catégories correspondant à vos types de dépenses (charges fixes, courses « alimentaires » du ménage, sorties, frais de garde, frais médicaux, voiture ou transports…).
  • Soit vous pouvez recourir à une application de gestion de budget sur votre smartphone ou votre ordinateur. Il faudra veiller ici à ce qu’elle ne représente pas une charge financière supplémentaire et à ce que le service proposé corresponde à vos objectifs.

Plusieurs méthodes tri des dépenses existent. La plus connue consiste à répartir votre budget en trois parties :

  • 50 % de vos revenus sont alloués aux charges fixes et dépenses essentielles (loyer, assurances, crédits, électricité, gaz, courses, transport, téléphonie…).
  • 30 % aux dépenses moins essentielles qui correspondent plus à nos envies qu’à nos besoins (habillement, sorties, repas pris en extérieur, ameublement et décoration…).
  • 20 % pour l’épargne.

Ces pourcentages peuvent être adaptés en fonction de votre mode de vie et de la difficulté de votre situation : par exemple un loyer parisien ou une grande famille pourraient augmenter la première partie (60-30-10).

Rembourser ses petits crédits avec ma méthode "boule de neige"

La méthode de la boule de neige consiste à prendre les difficultés financières en partant de la plus petites.

Plutôt que de chercher à rembourser le crédit qui vous coûte le plus, à l’inverse, on va tâcher de rembourser le plus petit. Il peut s’agir d’une petite somme qu’on aura empruntée à la famille ou d’un crédit renouvelable auquel on pourra mettre un terme rapidement. On laissera de côté ici les emprunts à long terme tels que les rachats de crédits ou les prêts immobiliers.

La première somme remboursée au mois 1 sera affectée à la dette suivante le mois suivant et ainsi de suite jusqu’à ce que, à la manière d’une boule de neige, les petites sommes récupérées remboursent les différentes créances.

Attention. « 50-30-20 » ou « boule de neige », chaque méthode n’est pas adaptée à chaque situation, chaque famille, chaque mode de vie, il s’agira donc de choisir celle qui permet de respecter des objectifs de façon réaliste. Sans cela, les efforts pourraient s’avérer décourageants.

Constituer une épargne ne sera pas nécessairement votre premier objectif. Pourtant, c’est là une solution qui permet sur le long terme d’éviter l’endettement. En effet, avec un mois de revenus d’avance, il est possible affronter les dépenses urgentes, comme des réparations sur la voiture ou un congé maladie entraînant une baisse de revenus exceptionnelle supplémentaire, sans avoir à contracter de crédit à la consommation dans l’urgence.


Pour toujours garder conscience de ses dépenses, payer ses achats en liquide représente un véritable avantage. Vous savez exactement ce qui sort de votre portefeuille. En conservant vos souches, vous pouvez reporter dans votre carnet ou votre application la dépense effectuée. A chaque instant, vous savez ce qu’il vous reste et ce que vous avez dépensé.

Fournisseurs d’énergie, offre de téléphonie, crédits, supermarchés ou produits… il est aujourd’hui possible de comparer les prix facilement sur internet. En quelques clics, il vous est possible de choisir l’offre ou le produit le mieux adapté à vos besoins.

Les économies réalisées peuvent sembler menues, mais c’est par le cumul de ces petites économies que votre budget retrouvera progressivement plus de flexibilité.

La question fondamentale qui va conditionner chacune de vos dépenses est la suivante : en avez-vous vraiment besoin ?

Attention, un besoin moral (« si je ne fais pas de sport, je déprime, je perds mon courage ») peut s’avérer aussi important qu’un besoin essentiel.

Mais avez-vous besoin d’un abonnement à une salle de sport (même low cost) où vous ne vous rendez jamais ? Et de trois plateformes de streaming quand une seule peut suffire dans un premier temps ?

Pensez à résilier ces abonnements qui ne vous sont pas essentiels.

Bon à savoir. Après avoir utilisé un comparateur en ligne, vous constatez que la marque « Machin » a une offre de téléphonie mobile financièrement plus intéressante que « Truc-Muche » chez qui vous êtes actuellement. Vous pouvez donc résilier votre abonnement « Truc-Muche »… Toutefois, ce faisant, il se pourrait qu’une offre plus intéressante vous soit alors proposée par mail ou par téléphone (une période de gratuité prolongée, un tarif réduit sur une période définie etc). Si ce n’est pas systématique, cela se produit souvent pour toutes sortes de services (salles de sports, télévision, internet, logiciel…). Alors, (1) si c’est un service essentiel, dont vous étiez satisfait, gardez l’esprit ouvert si l’offre est intéressante, mais (2) il faudra rester de glace face à un discours commercial trop alléchant si vous ne tenez pas particulièrement à votre offre « Truc-Muche ».

Qu’il s’agisse de produits ménagers à base de savon de Marseille et de bicarbonate de soude, ou de produit de beauté, le web regorge de recettes pour fabriquer vous-même lessive, shampoing, déodorant, masque pour cheveux, détartrant… S’il vous faudra acheter une fois la matière première, cela représentera une véritable économie sur le long terme. En plus, si on vous pose la question, « c’est bon pour la planète ».

Il n’y a pas de secret : il est plus facile et tentant d’aller acheter son déjeuner au supermarché, en boulangerie ou dans un fast food, mais cela représente un coût potentiellement important (jusqu’à plusieurs centaines d’euros par mois) sur un poste non essentiel.

Sans aller jusqu’à vous priver de tout, vous pouvez réduire ces dépenses pour vraiment savourer l’instant plaisir que vous choisirez de vous offrir une fois par mois, plutôt que de vous priver de quelque chose de plus important par la suite.

C’est bien connu des parents, les enfants grandissent trop vite ! Il est donc pertinent de penser à la seconde main que ce soit pour du matériel de puériculture ou des vêtements. Sur des sites d’annonces en ligne ou dans des friperies spécialisées, des vêtements quasi neufs (parfois même neufs) se trouvent pour moitié du prix de vente dans le commerce.

Livres, films en DVD, CD, jeux de société… pensez aux médiathèques et ludothèques. Cela vous fera une petite sortie culture et un abonnement dans ce type d’établissement coûte moins cher que des achats.

Pour le matériel de bricolage, il en va de même. De nombreuses entreprises et autres sites en ligne offrent la possibilité de louer le matériel dont vous n’aurez besoin qu’occasionnellement.

Enfin, nous sommes nombreux à être actifs sur les réseaux sociaux. Peut-être que parmi vos contacts, certaines personnes seront disposées à vous prêter, ou même parfois donner, des objets dont ils n’ont plus l’utilité.

Ces astuces, vous les connaissez certainement, mais les respectez-vous ?

  • Ne pas aller faire ses courses le ventre vide pour ne pas céder à la tentation.
  • Préparer sa liste de courses à l’avance pour ne pas vaquer dans les rayons et acheter des produits dont on n’avait pas vraiment besoin.
  • Ne pas faire de stock inutile et veiller à vider ses placards à son congélateur avant de racheter.
  • Pensez également aux scannettes mises à disposition dans les supermarchés, elles vous permettent de prendre la mesure de la dépense occasionnée par chaque achat.
  • Les magasins et galeries commerçantes ne sont pas des endroits idéaux pour se promener, seule ou en famille, lorsqu’on essaye de faire des économies, profitez plutôt des parcs ou d’espaces verts.

Vous devez faire un achat essentiel, mais non urgent, comme de l’ameublement, un sac ou de l’équipement informatique ?

C’est à ce moment que les soldes et autres journées promotionnelles (Black Friday par exemple) peuvent être intéressantes. Ne vous promenez pas sur les sites ou dans les magasins, mais pensez à faire une liste et comparer les prix (avant et pendant la période de promotions) pour faire une réelle économie sur un achat nécessaire.

ebook guide gratuit réussissez votre rachat de credits

S’il s’agit d’une dépense « contrainte », le remboursement du prêt immobilier est une des premières causes d’endettement, et même de surendettement, en France. Or, actuellement, les taux de l’immobilier sont particulièrement bas (autour de 1,20 %).

Prenez contact avec votre conseiller, ainsi que d’autres banques pour renégocier avantageusement votre emprunt immobilier. C’est là l’une des rares options permettant de faire de réelles économies sur des dépenses obligatoires et prioritaires.

Malgré tous ces efforts auxquels vous avez consenti, vous ne parvenez pas à joindre les deux bouts en toute sérénité.

Si vous avez plus de deux emprunts en cours, le regroupement de crédits peut être une solution intéressante.

Le rachat de crédits ou regroupement de crédits est en fait un prêt bancaire qui rassemble toutes vos créances (crédits immobiliers, à la consommation, renouvelables, dettes personnelles ou familiales…) en une seule mensualité. En allongeant la durée de l’emprunt, vous pouvez faire baisser votre nouvelle mensualité unique jusqu’à -60 % pour ainsi retrouver un reste à vivre plus important. La gestion de votre budget est alors plus sereine.

Ce n’est néanmoins pas une solution à prendre à la légère. Comme tout emprunt, il faudra le rembourser et l’allongement de la durée de vos crédits en augmente le coût total.

Il est cependant intéressant, en fonction de votre situation financière, de peser le pour le contre, peut-être en consultant également des avis sur le rachat de crédits, et de considérer cette possibilité qui pourrait s’avérer utile dans votre cas.

Partners Finances est le pionnier et leader du marché du rachat de crédits en France. Nos conseillers vous renseignent et vous accompagnent tout au long de vos démarches.

Faites une simulation en ligne. Elle est gratuite et sans engagement, et un conseiller vous rappelle avec une réponse de principe sous 24h**.

Je simule gratuitement mon rachat de crédits
Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours
Lancer ma simulation