Actualités
Les actualités
Partners Finances
Actualités > Pret professionnel > Comment financer un projet de franchise ?

Comment financer un projet de franchise ?

Posté le 22 juin 2021 à 08:00
gérante d'un café souriante derrière comptoir

Pour votre projet de création ou de reprise d’entreprise, vous avez choisi de recourir à la franchise. Cette stratégie revêt plusieurs avantages :

  • 90 % des entreprises en franchise sont encore en activité au bout de 5 ans.
  • Vous bénéficiez de la notoriété du réseau.
  • Le franchiseur vous fournit un accompagnement (création, gestion, marketing, assistance…).
  • Vous restez propriétaire de votre fonds de commerce.
  • Les banques perçoivent une franchise comme un argument rassurant pour financer une création ou reprise d’entreprise.

 

En revanche, pour ce faire, il faut un apport minimum, s’acquitter de droits d’entrée et respecter le cahier des charges fourni par le franchiseur. Celui-ci peut concerner l’emplacement de votre activité, votre mobilier, son installation, ainsi que toute l’identité visuelle du point de vente, puisque la franchise procède souvent d’une réplique à l’identique du concept de départ.

Ainsi, créer son entreprise en tant que franchisé implique plus des contraintes et donc souvent un coût plus élevé qu’une création d’entreprise indépendante.

Dans ces conditions, il semble hautement probable que vous ayez besoin de trouver un financement pour créer votre entreprise en franchise.

 

Les experts en prêts professionnels de Partners Finances sont là pour vous conseiller et vous accompagner dans votre recherche de solutions de financement pour la création ou la reprise d’une entreprise sous franchise.

 

 

Quel que soit le financement que vous visez pour votre projet de franchise, vous allez devoir au préalable vous constituer un apport.

 

Un apport diminue les risques pour les investisseurs, mais il montre aussi la conviction et l’implication de l’entrepreneur dans son projet.

Les franchiseurs demandent généralement un apport à leurs futurs franchisés allant de 15% à 30% du montant nécessaire à la création de l’entreprise. Ce pourcentage peut néanmoins varier en fonction des secteurs d’activité.

Si vous avez recours à un financement bancaire professionnel, un apport vous sera également demandé.

 

En fonction de votre secteur d’activités, vous pouvez solliciter des aides de l’Etat, de collectivités locales, voire des aides européennes.

Pour compléter ces aides et vos fonds propres, vous pouvez recourir aux investisseurs :

  • vos proches (dons ou prêts, avec ou sans prise de participation, avec ou sans intérêts),
  • des particuliers investissant dans votre projet via un financement participatif,
  • des business angels,
  • d’autres entreprises,

 

Vous pouvez également passer par certaines formes de crédits, comme les microcrédits, proposés notamment par l’Adie, ou un prêt d’honneur.

 

Il faudra néanmoins prendre garde à conserver un équilibre entre un endettement raisonnable et la préservation de son patrimoine personnel, ainsi qu’une trésorerie suffisante pour le fonds de roulement de l’entreprise.

 

 

Le prêt bancaire professionnel est la principale source de financement pour lancer son entreprise avec une franchise : 68% des franchisés ont recours à cette solution.

A noter. La franchise est souvent perçue comme un argument positif par les banques quand il s’agit de financer la création ou la reprise d’une entreprise.

La durée d’un crédit bancaire professionnel adapté à ce type de projet est habituellement comprise entre 5 et 7 ans. Il est également possible de demander un différé de 6 à 12 mois (sous conditions). Cette possibilité vous permet de démarrer l’activité plus sereinement avant de commencer à rembourser votre emprunt.

Un premier conseil. Demander un crédit de TVA. Le prêt bancaire finance la partie HT des investissements (achats ou travaux), alors que le prix fixé par vos prestataires et fournisseurs est TTC.

 

Pour obtenir un prêt bancaire professionnel, il faut monter un dossier solide, présenter un prévisionnel pertinent, étudier différentes offres et en vérifier, voire négocier, les conditions, idéalement auprès de plusieurs établissements bancaires. En effet, chaque banque a ses propres critères et c’est particulièrement vrai pour les crédits professionnels dont le taux varie notamment en fonction d’un coefficient de risque attribué au sein de l’établissement prêteur.

Il vous faudra également fournir des garanties. Dans ce cadre, il est recommandé de passer par des organismes de cautionnement comme SIAGI ou BPIFrance, et de veiller à mettre à l’abri de vos créanciers une partie de votre patrimoine personnel (en cas de faillite, par exemple, cela permet d’éviter qu’une résidence principale ne soit saisie).

 

 

Avec ou sans crédit bancaire, il reste la nécessité de financer un apport conséquent, ainsi que certaines dépenses qui ne seront souvent pas couvertes par le crédit bancaire, comme par exemple l’immatériel, les stocks et le droit d’entrée.

Il faut alors compléter le financement avec des solutions alternatives.

 

Le crowdlending est un financement participatif sous forme de prêt, et non de dons comme le crowdfunding. Il est particulièrement adapté aux besoins des entreprises.

Via une plateforme en ligne, des particuliers ou d’autres entreprises peuvent investir collectivement dans un ou plusieurs projets. Une fois le montant obtenu et la campagne de financement clôturée, les fonds sont débloqués et les modalités de remboursement mise en place selon ce qui a été fixé par contrat avant le lancement.

Tout comme pour le prêt bancaire, les projets d’entreprises présentés sur la plateforme ont été sélectionnés sur dossier au préalable. Il est en effet essentiel de limiter les risques pour les investisseurs même si ceux-ci sont dilués car partagés.

Le crowdlending permet alors de se constituer un apport ou de financer des postes qui ne seraient pas compris dans un crédit bancaire.

 

Plutôt que d’acquérir certains biens nécessaires à l’activité de l’entreprise et risquer de gonfler encore le montant du crédit, il est possible de recourir à des solutions de locations professionnelles avec ou sans option d’achat à l’issue du contrat.

Bien qu’augmentant les charges de l’entreprise du fait des loyers à verser, le leasing peut permettre de limiter le montant du crédit bancaire et ainsi la dette de l’entreprise. Cette solution est donc à prendre en compte en début d’activité.

 

 

Faire appel à un courtier ou un conseiller en solutions de financement à destination des entreprises présente de réels avantages lorsqu’on lance son activité sous franchise.

  • Il vous fait gagner un temps précieux.
  • Vous n’avez plus qu’un seul interlocuteur.
  • Celui-ci peut vous accompagner dans la préparation de votre prévisionnel et vous aider à choisir le statut juridique le plus adéquat pour votre activité et son besoin de financement.
  • Il maîtrise parfaitement les différents produits bancaires et solutions alternatives.
  • Il vous conseille dans le choix des différentes solutions de financement, dont certaines sont cumulables pour obtenir le montant visé.
  • Il négocie pour vous les conditions les mieux adaptées à l’activité et aux ressources de votre entreprise, ainsi qu’au besoin de votre projet.

Les experts en solutions de crédit professionnel de Partners Finances sont là pour vous accompagner à chaque étape de votre projet.

 

Pour obtenir une étude de faisabilité sous 48h**, faites la simulation en ligne. Elle est gratuite et sans engagement.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Montant du projet
Lancer ma simulation