Project Milenial featuring news blogs and tutorials Adjustable Beds – Not Just For The Elderly! How A Dermatologist Can Help With Acne Problems Aromatherapy And Kids Amazingly Simple Skin Care Tips For People With Acne
Prêt professionnel

Le Business Model

Comment construire un business model efficace ?

Vous avez décidé de créer votre entreprise. Parmi les premières étapes de cette création, vous allez devoir établir clairement votre business model, en français le modèle économique de votre projet d'entreprise. Les données qu'il contient, tirées notamment de votre étude de marché, constitueront une partie essentielle de votre business plan.


Le business model est une présentation synthétique de l'origine de la valeur ajoutée de l'entreprise – concrètement la manière dont vous allez gagner de l'argent. A ce titre, il présente votre produit, vos clients potentiels, vos ressources-clés et partenaires, vos canaux de vente, et votre stratégie financière (flux des revenus, structure de coûts).


Construire votre business model va vous permettre de visualiser clairement vos objectifs de départs, mais aussi leurs limites. Il vous permet d'anticiper les réponses à nombre de questions que vous et vos parties prenantes vous poserez aux différentes étapes de la mise en place de votre projet d'entreprise.


Il existe différentes méthodes pour bâtir et présenter un business model clair, dont la plus connue est probablement le business model canvas. Dans ce dossier, nous vous présentons les différentes parties qui le constituent et répondons aux questions les plus fréquemment posées.

Le modèle économique de votre entreprise : comment le définir ?

Pourquoi bien établir son business model ? A quoi ça sert ?

Quelle que soit la taille ou l'activité de votre projet d'entreprise, il est nécessaire de réfléchir et définir votre business model. Pourquoi ?

L'objectif premier de votre entreprise est inévitablement d'être rentable. Afin d'éviter les écueils, il faut poser clairement la manière dont vous allez créer la valeur qui va vous permettre d'atteindre cette rentabilité. Prendre le temps de bien réfléchir à la stratégie nécessaire vous permet ainsi de démarrer votre activité avec une base solide, une bonne connaissance des tenants et aboutissants.

Si vous êtes une startup, il est également nécessaire de passer par l'étape du business model, même si celui-ci pourra, voire devra, évoluer une fois confronté aux réalités du nouveau marché sur lequel vous placez votre produit ou service innovant.

Un business model ne se construit pas en se fondant uniquement sur la réflexion du fondateur. Cette étape demande d'avoir fait une étude de marché préalable et d'être en mesure d'identifier des forces, faiblesses, risques et opportunités, pour votre projet d'entreprise.

Il est donc essentiel de ne pas y travailler seul. Challengez vos idées auprès de tiers de confiance avec un regard neutre, travaillez en équipe avec ses associés, ou participez à des événements et ateliers pour recueillir des données et confronter votre idée à des réalités de terrain.

Lancer votre entreprise, que vous choisissiez de commercialiser un produit ou un service, sans avoir au préalable réalisé de business model, afin de tester et valider votre stratégie, est une grande prise de risques. Il n'est pour autant pas toujours facile de l'établir.

definition business model

Comment analyser le marché et la concurrence ?

Vous avez trouvé votre idée. Maintenant, il va falloir vérifier qu'elle peut être confrontée au marché sur lequel vous allez la positionner et être intéressante ou utile, satisfaire un besoin existant ou nouveau, et de là être compétitive et rentable.

Pour cela vous allez avoir besoin de connaître votre marché.

Pour ce faire, vous devez recueillir les informations pertinentes sur deux différents types de marché :

  • Le marché global ou macro-économique : tous les consommateurs et vendeurs pour lesquels les informations sont globalisées, à un niveau national ou international.
  • Le marché de votre entreprise : les consommateurs et concurrents directs de votre entreprise.

L'analyse du marché global vous permet d'élaborer votre stratégie, de définir votre vision, et donc votre business model sur la base de comportements des consommateurs, des tendances du secteurs, mais aussi des règlementations, des contraintes, de la concurrence, ainsi que des autres acteurs du secteur. Cette étude de marché est nécessaire pour définir clairement votre offre.

Il en va de même pour l'analyse micro-économique qui va s'intéresser plus particulièrement à vos consommateurs potentiels et vos concurrents.

Quid des produits innovants (startups) ? Les informations ne pourront certainement pas être recueillies de la même manière. Un produit innovant va probablement s'installer sur un marché nouveau, voire encore inconnu, et celui-ci aura tendance à évoluer plus rapidement. Pour ce faire, une méthode est alors préconisée : le Lean Startup.

Pour en savoir plus sur l'étude de marché

Reportez-vous à notre dossier thématique
Créer son entreprise : comment faire une étude de marché

comment faire une etude de marche

Comment définir la stratégie économique de son entreprise ?

Vous avez pu définir votre offre en vous fondant sur les données du marché ?

Vous allez maintenant définir la stratégie économique de votre entreprise. De quoi s'agit-il ?

Il s'agit de déterminer les finalités et objectifs fondamentaux à long terme de l'entreprise, de mettre en place les actions essentielles et d'y allouer les ressources nécessaires. C'est la manière et les actions que vous allez mettre en place pour créer de la valeur et atteindre vos objectifs de rentabilité.


Le business model et cette stratégie dépendent donc l'un de l'autre. Ce sont les actions menées qui vont assurer l'exclusivité de votre stratégie au sein d'un modèle économique bien défini vous permettant de conserver votre avantage (unfair advantage, aspect différenciant) sur la concurrence.

A noter

Bien qu'il soit essentiel de la fixer dès le début, cette stratégie est susceptible, pour ne pas dire destinée à, évoluer afin de toujours s'adapter aux évolutions du marché. Les modifications peuvent être plus ou moins importantes, voire vous contraindre un jour à revoir entièrement votre modèle économique. Seule une veille active des innovations de votre secteur vous permettra de vous adapter en temps et en heure sans devoir prendre un virage trop brutal avec tous les risques que cela comporte.

business model demarche strategique

Ce processus doit idéalement être itératif. A la manière d'un cycle débutant avec la définition de vos buts et objectifs, passant par la définition des actions jusqu'au contrôle des résultats sur base desquels vous pourrez, voire devrez, revoir vos objectifs (trop élevés ou trop modestes) et actions (adaptées, imparfaites ou inadaptées), pour vraiment obtenir des résultats intéressants et atteindre vos objectifs une fois correctement fixés.

Simon Sinek « Start with Why »

Simon Sinek est un conférencier et auteur américain qui consacre ses travaux à l'idée d'un travail inspirant pour être plus motivant. Cela va du développement personnel, à la définition de meilleures techniques de leadership, en passant par la stratégie économique des entreprises.

Pour cette dernière, sa conférence TED (basée sur son livre « Start with why » sorti en 2009) présente une méthodologie pour atteindre ses objectifs commerciaux en mettant au centre de sa stratégie la motivation des consommateurs pour recourir à vos services ou acheter votre produit.

L'idée est avant tout de se demander, non pas ce que va acheter le consommateur, ni comment il va se le procurer, mais pourquoi il le ferait. En quoi votre produit va s'avérer être plus intéressant, satisfaisant, attractif, séduisant même que les autres similaires. Quels sont les atouts différenciants que vous allez mettre en avant pour attirer, puis fidéliser, vos clients potentiels ?

22 exemples de modèles économiques d'entreprises

1. Les économies classiques

Exemples : agriculture, commerces

Modèle : La production, comme l'agriculture, est un business modèle classique. L'entreprise produit et vend sa production. Ensuite, vient la distribution, modèle utilisé par les commerçants, qu'ils aient choisi la vente directe (production-distribution) ou le recours à des grossistes (distribution uniquement).

3. La désintermédiation ou vente directe

Exemples : Nespresso, Tuperware

Modèle : La désintermédiation consiste à vendre directement ses produits ou services sans passer par des intermédiaires, contrairement à la concurrence. Ce faisant, les coûts sont diminués et le produit peut soit être vendu moins cher (voir low cost) pour se différencier, soit la marge en est alors augmentée. C'est également l'occasion d'améliorer la relation clients.

5. L'imprimante

Exemples : Gilette, Kindle (Amazon)

Modèle : Le business model de « l'imprimante » consiste à vendre son produit à prix coûtant et à tirer ses bénéfices de la vente d'accessoires et compléments à la fois jetables et indispensables à l'utilisation du produit.

7. La consommation collaborative (business model ouvert)

Exemples : BlaBlaCar, LeBonCoin, Airbnb

Modèle : Les entreprises suivant un business model ouvert mettent au cœur de leur création de valeur la collaboration avec les partenaires au sein de leur écosystème. Ce sont, par exemple, les plateformes jouant les intermédiaires de transactions. Elles visent le segment client le plus large possible, car elles se rémunèrent peu sur chaque transaction, ou utilisent la base clients pour générer un revenu publicitaire.

9. Le yield management

Exemples : TGV SNCF, Air France

Modèle : Le yield management est un système qui permet de faire varier les prix en fonction de la demande. Il faut donc procéder à une segmentation clients et faire varier les prix uniquement pour un segment précis. Ce système est souvent appliqué pour les réservations d'avions ou d'hôtels. En fonction de moments prédéfinis (plus ou moins proche, des heures, des jours de la semaine…), la clientèle varie, les prix sont donc adaptés en fonction de celle-ci.

11. La gamification

Exemples : Nike +, Keas

Modèle : Le principe consiste à ajouter une notion de jeu dans les actions des clients (utilisateurs ou consommateurs). Rendre l'expérience plus ludique pour le client peut la rendre plus motivante, et ainsi faciliter la fidélisation. Néanmoins, la gamification manque encore d'une image de sérieux aux yeux de nombreux utilisateurs. C'est un modèle qui doit être finement réfléchi.

13. Les enchères

Exemples : eBay, Priceline

Modèle : Le principe bien connu de l'enchère consiste à accorder le produit à l'acheteur présentant la meilleure offre. Le prix final est atteint lorsque la limite de temps fixée est atteinte. Le plus haut prix acceptable est donc fixé par le consommateur lui-même.

15. L'affiliation

Exemples : Amazon Store, Pinterest

Modèle : Il s'agit ici de permettre à des vendeurs tiers de présenter leurs offres sur votre site web. Ceux-ci touchent ainsi un nouveau segment client, plus fourni, le vôtre. Les vendeurs bénéficient de divers avantages facilitant la vente, contre un pourcentage de leur chiffre d'affaire.

17. Cash Machine

Exemples : PayPal, Groupon

Modèle : Le consommateur paye en amont les produits, avant que l'entreprise n'ait à couvrir les frais qui y sont liés. Dans l'intervalle, l'argent peut ainsi être investi, puisque le processus augmente la capacité financière de l'entreprise.

18. Les ventes croisées

Exemples : IKEA

Modèle : Dans ce cas, l'entreprise va proposer des services qui ne sont, à la base, pas son cœur de métier, pour autant qu'ils viennent satisfaire un besoin supplémentaire du client. Que l'on pense à la restauration chez IKEA ou aux sacs et accessoires pour ordinateurs portables dans les magasins d'électronique, la vente croisée est destinée avant tout à augmenter la dépense du client ciblé au travers d'une offre spécifique.

21. Vente d'expérience

Exemples : IKEA, Starbuck's

Modèle : La valeur du produit ou du service est ici donnée par la qualité accordée à l'expérience client. Un accueil client personnalisé, un agencement particulier et immersif, des promotions adaptées, permettent d'augmenter le prix de vente affiché ou, au niveau du marketing, l'expérience a été déplacée du produit en lui-même vers le signe d'un mode de vie.

On peut citer les exemples de Red Bull, qui finance des événements sportifs hors norme, et d'Apple, qui ne vend plus sa technologie mais une reconnaissance sociale au travers de sa marque.

2. La franchise

Exemples : Générale d'Optique, Alice Délice

Modèle : La franchise consiste en une organisation en réseau. Elle fournit la marque, le savoir-faire, ainsi que l'assistance technique et commerciale. La rémunération des franchiseurs est fondée sur les contributions versées par les membres du réseau (redevance initiale forfaitaire, royalties, participation publicitaire). Le franchiseur est garant de la qualité et de la performance du concept qu'il fournit.

4. Le freemium et l'essai gratuit

Exemples : Spotify, Dropbox

Modèle : Les utilisateurs ont gratuitement accès aux services de base. Cette méthode permet d'attirer un plus grand nombre de clients. Ensuite, ils peuvent choisir l'option premium pour accéder à un service plus qualitatif. Les abonnements premium, même moins nombreux, vont venir financer l'offre gratuite. Cette dernière peut également être assortie de publicités (YouTube, Spotify).

L'essai gratuit, quel que soit le type de service, procède de la même logique. Pour un temps limité, les utilisateurs ont accès au service complet. A l'issue de la période fixée, ils choisissent de conserver le service en payant ou de ne plus y avoir accès (Amazon Prime).

6. La marque blanche

Exemples : Fowconn, Printing-in-A-Box

Modèle : Un producteur autorise une entrerpise à commercialiser ses produits sous sa propre marque, comme s'il les avait fabriqués. Par conséquent, un même produit est vendu par plusieurs marques. Ce business model permet de toucher des segments clients différents, ceux des marques distributrices.

Une entrerpise peut choisir de doubler sa chaîne de production en fabricant des produits distribués sous sa marque et par d'autres marques (en marque blanche).

8. Le financement par la publicité ou valeur cachée

Exemples : Facebook, Google

Modèle : Le business model fondé sur la valeur cachée des utilisateurs/consommateurs peut être associé au financement par la publicité. L'offre est présentée comme gratuite aux utilisateurs. La base clients est valorisée auprès d'annonceurs qui vont exposer ceux-ci à leur publicité. Ce sont ces annonceurs qui financent l'offre gratuite mise à disposition des utilisateurs.

10. L'abonnement

Exemples : Free, Adobe CC

Modèle : Le business model de l'abonnement permet avant tout de sécuriser les revenus de l'entreprise. Il permet d'établir des budgets prévisionnels avec une marge d'erreur moindre, même si pour cela il faut une quantité de données suffisantes à analyser pour s'adapter, ainsi que de faciliter la fidélisation clients.

12. Le commissionnement, apport d'affaire ou intermédiation

Exemples : Meilleur Taux, Les Furets

Modèle : La commission d'apport d'affaire consiste dans le fait d'être rémunéré pour diriger des prospects vers une entreprise dont les services sont recherchés par les premiers afin de conclure une affaire. La commission peut être fixe (forfait), variable (pourcentage), ou évolutive par paliers. C'est notamment le modèle économique des comparateurs en ligne (crédits à la consommation, assurances…), ainsi que des concessionnaires automobiles.

14. Les ajouts et le low cost

Exemples : Ryanair, Neoness

Modèle : Les offres se font à un prix particulièrement bas (low cost), mais chaque ajout de service va augmenter le prix total. Les consommateurs peuvent ainsi personnaliser le service en supprimant ce qui ne leur sera pas utile. Toutefois, le prix final ne correspond pas à l'offre d'entrée, il est variable d'un consommateur à l'autre.

16. L'Aikido

Exemples : The Body Shop, Nintendo

Modèle : Le business model « Aikido » – appelé du nom de cet art martial japonais consistant à utiliser la force de l'adversaire contre lui – se fonde sur une position antagoniste par rapport à des concurrents plus puissants que vous. Vous allez positionner votre offre totalement à l'opposé de ceux-ci.

19. La loyauté des clients ou fidélisation

Exemples : Sephora, SNCF Voyageur

Modèle : Il s'agit de retenir les clients et ne pas seulement en attirer de nouveau en ajoutant de la valeur, des produits, des services, sur l'offre de base, au travers d'un programme incitatif, par exemple, une collecte de points.

20. Digitalisation

Exemples : Netflix, Survey Monkey

Modèle : Il s'agit ici de proposer un service existant, mais sous une forme digitale, dématérialisée. La digitalisation peut concerner le produit lui-même (plateformes de streaming) ou le mode de vente (e-commerce). La digitalisation ne doit pas affecter la valeur perçue par le client, mais au contraire augmenter la performance et la simplicité du service proposé.

22. Marque recette

Exemples : Carl Zeiss, Intel

Modèle : Le bien vendu, choisi pour ses spécificités (recette), est en fait inclus dans un autre produit. Cela permet la valorisation de l'association des marques, fondée sur la qualité et la renommée du produit intégré

Business Model Canvas : qu'est-ce que c'est et à quoi ça sert ?

Un peu d'histoire. Le business model Canvas a été pour la première fois présenté par Alexander Osterwalder, chercheur Suisse, en 2005.


Ce modèle initial a ensuite été développé pour s'appliquer à différentes niches.

Le Business Model Canvas, aussi appelé « matrice d'affaires » en français, est une méthodologie qui permet à tout entrepreneur, quel que soit le projet, de faire le tour des questions essentielles à traiter avant de se lancer. Il facilite ainsi la construction d'un business model cohérent et adapté en confrontant les différents aspects de votre activité.

Le Business Model Canvas se découpe entre les éléments suivants et son processus est itératif. Chaque élément analysé, puis défini une première fois, peut vous amener à en revoir un autre. Cette technique permet donc de déceler les incohérences et de stimuler votre créativité en matière de solutions viables.

La proposition de valeur (Value Propositions)

La première chose à définir est votre proposition de valeur pour votre segment client. Vous allez travailler ces deux sections en même temps, car elles sont étroitement liées.

Décrivez, en une ou deux phrases, les bénéfices du produit ou service proposé par votre entreprise pour les clients ciblés.

Les segments clients (Customer Segments)

Etroitement lié à votre proposition de valeur, votre segment client va déterminer les autres caractéristiques de votre business model (relation clients, canaux de distribution).

Identifiez le ou les segments cibles, donc le groupe d'individus (B2B ou B2C) qui ont des besoins et moyens communs, et que vous pourrez toucher de façon pertinente et adaptée par un même canal.

Les partenaires clés (Key Partners)

Quels sont les acteurs qui vont vous permettre de faire fonctionner votre entreprise sur le long terme ? Reprenez ici toutes les parties prenantes indispensables à votre activité, soit qu'elles complètent vos ressources, soit qu'elles ajoutent de la valeur à votre offre.

business model proposition valeur segment client

Les activités clés (Key Activities)

Il s'agit ici de décrire le ou les processus grâce auxquels votre produit ou service va être mis en place. Vous devez donc aborder les tâches (production, logistique, gestion d'un site web…), la timeline, les ressources humaines, les compétences nécessaires, ainsi que tout procédé propre à votre entreprise.

Des méthodologies comme le Lean Six-Sigma peuvent vous aider à réfléchir et optimiser vos process. Bien que conçue pour l'industrie, elle peut également être adaptée aux activités digitales.

Les ressources clés (Key Resources)

Pour que votre activité soit réalisable, vous avez besoin de différentes ressources :

  • — locaux,
  • — matériel,
  • — personnel,
  • — compétences spécifiques,
  • — outillage,
  • — véhicules,
  • — fonds financiers
  • — …

Faites-en la liste, mais limitez-vous aux ressources clés, donc à celles sans lesquelles votre activité ne peut être exercée.

business model relation clients canaux distribution

La relation clients (Customer Relationships)

Quel type de relation clients souhaitez-vous développer ? S'agit-il de ventes directes ? De propositions d'abonnements à vos services ? D'un contrat d'apporteur d'affaires ?

Pour la définir, vous devez étudier votre marché, mais aussi vous mettre à la place du client, pour savoir quelle relation sera la plus avantageuse.

Les canaux de distribution (Channels)

Un canal de distribution est le moyen par lequel vous allez mettre en contact vos clients avec votre produit ou service. S'agit-il d'un site e-commerce, de vente directe, de service en ligne ?

Vous devez donc déterminer vos points de contact (un site web, une boutique physique…), ainsi que le fonctionnement du service après-vente (SAV).

La structure des coûts (Cost Structure)

En fonction de vos activités, vos partenaires, vos canaux de distribution, ainsi que de vos ressources, vous allez évaluer les coûts de fonctionnement de votre entreprise. Vous pourrez ainsi déterminer la façon dont ils vont affecter votre rentabilité.

Le flux de revenus (Revenue Streams)

En fonction de la relation clients que vous envisagez, vous allez évaluer le flux des revenus : achat unique, abonnement, yield, commissions… Si vous proposez un service gratuit (freemium ou valeur cachée), quelle valorisation va assurer la rentabilité de votre activité et à quel rythme ?

Business Model Canvas et Lean Canvas : quelle différence ?

Le Lean Canvas se présente d'une manière similaire au Business Model Canvas, avec certaines parties communes (canaux de distribution, structure des coûts et des revenus). Il permet néanmoins de mieux évaluer les risques liés à l'activité, en particulier pour les produits et services innovants pour lesquels certaines données nécessaires à un business model plus classique peuvent manquer. Il met ainsi l'accent sur l'aspect « temps » qui peut affecter vos sources de revenus et est orienté « problème – solution », donc fondé sur les objectifs.

Le problème et les solutions alternatives

Cette section est destinée à vous pousser à réfléchir à la conception de votre produit ou service en partant du problème ou besoin du client que vous souhaitez régler.

La définition précise de ce « problème » permet d'adapter son produit ou service au besoin spécifique, plutôt que de consacrer du temps et des ressources à développer quelque chose d'inadapté et donc « invendable ». En pensant d'abord à votre client, vous mettant à sa place, votre offre est ensuite plus pertinente sur un marché précis.

Dans la même section, vous listez les solutions déjà existantes, qu'il s'agisse de concurrents directs ou indirects, qui peuvent affecter le succès de votre produit ou service une fois lancé. Vos clients vont-ils renoncer à leurs habitudes pour votre produit ? Qu'a-t-il de plus que les autres ?

La proposition de valeur unique et le concept

Comme dans le Business Model Canvas, cette section présente votre proposition de valeur en commençant par la raison pour laquelle elle se différencie des autres offres du marché et ce qui va motiver globalement vos clients potentiels.

C'est également l'endroit où décrire globalement votre concept en quelques phrases.

Les segments clients et cibles les plus promptes à adopter votre solution (early adopters)

Le Lean Canvas vous permet également d'extraire du segment de clients que vous visez ceux qui seront les plus prompts à adopter votre solution au détriment de la concurrence.

En effet, certaines cibles peuvent être moins réactives – plus difficiles à convaincre ou à toucher ou, culturellement, prenant plus de temps pour changer leurs habitudes – quand d'autres cibles sont plus promptes au changement, car elles sont attirées par l'innovation, la technologie, ou toute autre motivation éthique ou sociale peu prise en compte par vos concurrents par exemple.

Votre solution

Il s'agit ici de déterminer précisément votre « produit minimum viable », donc ce que vous êtes en mesure de produire le plus rapidement et au moindre coût, et qui en même temps solutionne les problèmes relevés dans la section précédente.

Les mesures clés

Dans le cas des jeunes entreprises innovantes (startups), il n'existe pas nécessairement de données suffisantes pour élaborer un modèle prévisionnel à long terme. En revanche, il est indispensable de déterminer les mesures essentielles qui devront être prises dès le lancement de l'activité pour vérifier en permanence l'adéquation entre l'offre qu'elles proposent et les réactions du marché et des clients.

Votre avantage déloyal

Votre « unfair advantage » correspond à l'innovation qu'apporte votre solution, son avantage pour le client (utilisateur ou consommateur) face à la concurrence, mais aussi tout aspect de votre concept qui ne pourra pas être copié ou acheté facilement et rapidement par la concurrence. Il s'agit de l'aspect différenciant sur lequel va reposer votre business model et ensuite votre stratégie marketing.

L'activité florissante de nombreuses entreprises ne repose pas tant sur la création d'un produit fabuleux, mais bien sur un concept différenciant qui va leur donner cet « avantage déloyal » au point de dominer le marché. Voici quelques exemples :

  • Amazon est devenu le premier vendeur de livres du marché, alors qu'il ne détient pas une seule boutique physique.
  • Apple est le plus gros vendeur de musique, sans avoir jamais avoir fabriqué de CD ou vinyl.
  • Netflix a révolutionné le marché de la location vidéo.
  • Skype est le plus grand fournisseur de télécommunication à travers le monde sans avoir à gérer la moindre infrastructure.

Les questions que vous vous posez sur le business model

  • Business model et business plan : quelle différence ?

    Le business plan est un dossier qui rassemble les données essentielles de votre projet d'entreprise. Il présente une vue globale de votre activité, votre modèle économique et votre stratégie d'affaires, en rassemblant divers éléments et documents.


    Pour savoir comment rédiger un business plan complet et solide, consultez notre dossier thématique : Le Business Plan

    La présentation de votre business model est donc l'une des parties essentielles constituant votre business plan. Il présente une synthèse des éléments stratégiques qui constituent le cœur de votre projet d'affaires.

    Une présentation claire et synthétique de celui-ci est donc fondamentale. En effet, vos lecteurs (banquiers, investisseurs, futurs partenaires…) pourront ainsi avoir une vue d'ensemble rapide et précise grâce au business model, et ensuite se reporter au business plan pour plus de détails sur les informations données.

  • Comment décrire votre business model au sein de votre business plan ?

    Pour présenter votre business model au sein de votre business plan, vous pouvez partir du Business model Canvas. Il permet une présentation synthétique de chaque aspect important du modèle économique de votre entreprise en une seule page.

    Si vous choisissez une méthode plus traditionnelle, il faut veiller à rester clair et concis, tout en veillant à répondre aux questions suivantes :

    • — Quelle est votre offre, de produit ou de service ?
    • — Quel est votre « avantage déloyal » sur la concurrence ?
    • — Quel est votre segment client (un ou plusieurs) ?
    • — Quels sont vos objectifs ?
    • — Quelle stratégie allez-vous mettre en place pour les atteindre ?
    • — Quels sont les ressources et moyens utilisés dans le cadre de cette stratégie ?

    Gardez à l'esprit que votre business model doit se présenter sous la forme d'une synthèse de ces différentes questions. Il doit être consultable et compréhensible par tout lecteur, donc sans jargon.

  • Quel business model pour un SaaS ?

    Votre entreprise va proposer une offre de logiciel fourni comme service (Software as a Service) et vous vous demandez comment créer de la valeur, vous distinguer de vos concurrents et atteindre rapidement une rentabilité significative.

    Plusieurs modèles économiques sont compatibles avec une offre de SaaS, mais dans une majorité de cas, ceux-ci seront fondés sur l'abonnement. Le mode de tarification, en revanche, peut varier en fonction de vos ressources et objectifs.

    • 1. Tarification progressive en fonction du nombre d'utilisateurs du service (per user pricing).
    • 2. Tarification progressive en fonction du nombre d'utilisateurs actifs (pay per active user, ex. : Slack).
    • 3. Tarification en fonction du nombre d'utilisateurs, mais progressive par tranche et non par personne (tiered user pricing).
    • 4. Pour les entreprises de stockage : tarification par tranche de volume de stockage (per storage pricing, ex. : Dropbox).
    • 5. Tarification progressive fondée sur différentes gammes de services accessibles aux clients (featured based pricing).
    • 6. Tarification en fonction de l'utilisation du service (pay as you go, ex. Amazon Web Service).
    • 7. Tarification personnalisable par le client choisissant son propre pack de services (roll your own).
    • 8. Tarification allant de la gratuité pour l'offre de base à une tarification progressive jusqu'au premium (freemium, ex. : LinkedIn).
    • 9. Tarif fixe avec un abonnement mensuel ou annuel (flat rate pricing & subscription, ex. : Netflix).
    • 10. Service gratuit financé par la publicité (free, ad supported).

    Il reste à noter que les différentes tarifications peuvent être croisées dans votre business model. Par exemple, dans le modèle freemium, si l'offre de base est gratuite, les autres sont payantes. Il faut alors choisir un second mode de tarification pour cette partie payante (fixe, personnalisable, par volume ou nombre d'utilisateurs…).

    Le meilleur business model sera celui qui conjuguera le mieux la satisfaction de vos clients avec les objectifs de rentabilité de votre entreprise, en tenant compte de la concurrence.


    A noter. Pour le business model d’un SaaS, il est indispensable de tenir également compte du taux d’attrition – soit le pourcentage d’utilisateurs qui vont abandonner votre service d’une période à l’autre. Il permet de calculer la « durée de vie » d’un client. Cette information cruciale vous sera demandée par vos futurs investisseurs.

  • Pourquoi est-il important d'avoir un business model ?

    Quelle que soit la taille de votre entreprise, il est important de bien concevoir son business model. Le modèle économique de l'entreprise correspond à la manière dont votre entreprise va créer de la valeur et se différencier de la concurrence pour devenir rentable.

    Même en auto-entreprise ou pour une startup créant un nouveau produit pour un nouveau marché, le business model est vraiment utile. Pourquoi ?

    • — Bien le préparer en amont vous permet d'éviter de nombreux écueils, pouvant aller jusqu'à la faillite, si votre activité ne peut être rentable. Cet exercice vous permet de prendre du recul sur différentes problématiques et de cerner les faiblesses ou difficultés potentielles auxquelles pourrait être exposée votre activité.
    • — Il est essentiel de le produire dans votre business plan pour toute demande de financement (bancaire, investisseurs, crowdlending…).
    • — Il permet de montrer rapidement à toute partie prenante que vous maîtrisez votre offre et connaissez bien votre marché (côté clients comme concurrents).
    • — Bien préparer votre business model (orienté concept) vous facilitera la rédaction de votre business plan (orienté prévisions).
    • Il traduit dans un langage simple et synthétique votre stratégie. Il facilite ainsi le dialogue avec tout partenaire.
    • — Le processus de création d'un bon business model étant itératif, celui-ci peut également être évolutif. Il n'est pas immuablement figé dans un cadre.
  • Une entreprise peut-elle changer de modèle économique ?

    Le choix et la formalisation de son business model est une étape fondamentale pour une création d'entreprise. Pour autant, ce choix peut être amené à évoluer, le business model peut être modifié plus ou moins en profondeur.

    Après le lancement de votre produit ou service, vous vous rendez compte que votre offre n'est pas totalement en adéquation avec le marché et que cela freine vos résultats qui restent en deçà de vos objectifs. Il n'est pas trop tard.

    Après plusieurs années de succès, vos résultats sont en baisse parce que le marché évolue, parfois même rapidement, à brusquement, en fonction des secteurs. Que la cause de ce changement soit une évolution technologique (qu'il est possible d'anticiper grâce à une veille) ou lié à la conjoncture (crise économique et sanitaire), votre business model peut être amené à évoluer.

    Exemple conjuguant ces deux causes :

    On pense notamment aux nombreux commerces qui ne disposaient pas d'outil pour vendre leurs produits en ligne. Bien que les tendances du marché donnaient de plus en plus de place au e-commerce, le business model de la boutique ayant pignon sur rue (retail ou vente directe) restait viable dans de nombreux secteurs.

    La crise sanitaire mondiale et les mesures gouvernementales ont contraint ceux-ci à fermer leur boutique, ne les autorisant plus à vendre qu'en ligne (click & collect ou livraison). Adapter son business model en incluant (a minima) le e-commerce est donc devenu une question de survie pour de nombreuses enseignes.

    C'est également le cas d'une majorité de startups. Les jeunes entreprises innovantes n'ont pas d'autre choix que de tester le business model (même mûrement réfléchi) directement sur le marché. Cette confrontation avec le marché les amène généralement à adapter leur offre pour qu'elle trouve, ou crée même, sa place auprès des utilisateurs ou consommateurs.

    Dans tous les cas, définir des mesures clés pour suivre de près l'évolution de vos résultats et mettre en place une veille systématique pour anticiper autant que possible les évolutions du marché sont deux actions nécessaires pour adapter au mieux et à temps le business model de votre entreprise.

  • Qu'est-ce qu'un bon business model ?

    Un « bon business model » comporte deux aspects essentiels :

    • 1. Le modèle économique, la stratégie, qui va apporter la meilleure rentabilité possible à votre entreprise tout en satisfaisant les clients pour maintenir ces résultats sur le long terme.
    • 2. La formulation la plus claire, précise et concise, de cette stratégie idéalement pensée au sein de votre business plan.
accompagnement business model

Vous créez votre entreprise et cherchez des solutions pour financer votre projet ?

Les experts en crédits professionnels de Partners Finances vous accompagnent à chaque étape, de l'étude de faisabilité au déblocage des fonds.

Pour en savoir plus et obtenir l'étude de faisabilité de votre projet sous 48h**, faites la simulation en ligne. Elle est gratuite et sans engagement.