Actualités
Les actualités
Partners Finances
Actualités > Pret professionnel > Le free cash flow ou flux de trésorerie disponible : suivre l'évolution du besoin de financement

Le free cash flow ou flux de trésorerie disponible : suivre l'évolution du besoin de financement

Posté le 21 janvier 2022 à 08:00
startup calculant son flux de trésorerie disponible

Le free cash-flow, ou flux de trésorerie disponible, est un indicateur qui attire de plus en plus de regards, tout particulièrement ceux des chefs d’entreprise, analystes financiers, banques et investisseurs.

Toutefois, les questions des professionnels restent nombreuses.
Comment le calculer ?
Quelle différence y a-t-il entre le free cash-flow et la capacité d’autofinancement (CAF) ?
Est-ce vraiment un indicateur plus fiable et plus pertinent que le bilan comptable ?

Que dit le free cash-flow de la santé financière de votre entreprise ?

Et en quoi celui-ci permet-il de mieux suivre l’évolution du besoin de financement ?

Les conseillers en solution de crédits professionnels de Partners Finances vous proposent un focus sur le free cash-flow en tant qu’indicateur de l’évolution des besoins de financement des entreprises.

 

 

Le flux de trésorerie disponible (free cash-flow en anglais) représente la quantité d’argent généré ou consommé par l’activité d’une entreprise qui reste réellement disponible après avoir réalisé les opérations financières nécessaires à l’exploitation (investissements, charges…).

Il permet

  • de mesurer la performance économique de l’activité,
  • de prévoir l’évolution du besoin de financement de l’entreprise,
  • de déterminer si une entreprise génère de la valeur (flux financier positif).

Le free cash-flow correspond donc au capital qui peut être réinvesti dans l’entreprise (dividendes versés aux actionnaires, intérêts aux créanciers ou dette diminuée).

 

 

Une confusion existe parfois entre les concepts de flux de trésorerie disponible et de capacité d’autofinancement.

La capacité d’autofinancement représente la somme du bénéfice net comptable avec les charges non décaissées.

En excluant les écritures non-monétaires les plus importantes – en particulier les amortissements et provision –, le concept de capacité d’autofinancement doit aider à une vision plus claire de la situation financière de l’entreprise.

Or, si celle-ci représente l’argent réellement dégagé par l’entreprise, contrairement au flux de trésorerie disponible, elle ne comporte pas la notion de temporalité pourtant essentielle. Elle ne représente donc pas l’état des comptes d’une entreprise à l’instant T, puisqu’elle ne tient pas compte des décalages de trésorerie induits par les délais de paiement.

 

 

Calculer le free cash-flow de l’entreprise va donc permettre de mesurer ses performances financières.

Il existe plusieurs manières de calculer le flux de trésorerie disponible.

 

  1. Calcul avec le tableau des flux de trésorerie

Capacité d’autofinancement (profitabilité) – Variation du BFR – investissements nets de cession

= free cash-flow

 

  1. Calcul avec les éléments du bilan

Excédent brut d’exploitation (EBE) – impôt sur le résultat d’exploitation – variation du BFR + Cessions d’immobilisations – investissements

= free cash-flow

 

Dans les cas où le free cash-flow est utilisé pour évaluer le besoin de financement au niveau d’un groupe, il est possible d’exclure les créances clients et dettes fournisseurs intra-groupe pour le calcul de variation du BFR, dans la mesure où celles-ci s’éliminent en consolidé.

On notera qu’un flux de trésorerie négatif sur une ou peu d’année(s) ne signifie pas automatiquement que la situation financière de l’entreprise se dégrade. Par exemple, il est logique qu’en période de croissance des ventes, le BFR augmente proportionnellement, ce qui peut affaiblir ou passer en négatif le flux de trésorerie. Toutefois, il s’agit qu’une fois les ventes stabilisées, le cash-flow se rapproche de nouveau de la capacité d’auto-financement.

 

 

Pourquoi focaliser l’attention sur le free-cash flow alors que bilans comptables et comptes de résultats montrent à la fin de chaque exercice si le résultat net de l’entreprise est bénéficiaire ou non ?

Parce que le bilan se constitue d’écritures monétaires (salaires, achats, ventes) et non-monétaires (amortissement, variations de stocks, transferts de charges…).

Par conséquent, le mélange d’écritures ne reflète pas vraiment l’argent disponible pour l’entreprise.

En d’autres termes, et à titre d’exemple, une somme passée en dotations aux amortissements pour un achat réalisé en 2012 pourra venir grever le résultat net de 2022.

Le chef d’entreprise calculant ses flux de trésorerie, en intégrant les investissements ou non, peut ainsi savoir si son activité dégage du cash en tenant compte des décalages de trésorerie.

Après tout, une entreprise doit être rentable et cette rentabilité autant que possible croissante. Le dirigeant doit donc

  • identifier des leviers pour améliorer le résultat, donc la profitabilité (CAF),
  • gérer au plus juste les postes du BFR (stocks, créances clients, dettes fournisseurs…),
  • maîtriser les dépenses d’investissement.

 

En utilisant le free cash-flow comme indicateur de la santé financière de l’entreprise et de l’évolution des besoins de financement, ils vont pouvoir activer les leviers permettant d’améliorer encore la rentabilité de l’activité et ainsi en assurer la pérennité.

 

 

Le calcul du free cash-flow permet ainsi de mieux appréhender l’évolution du besoin de financement. En effet, le ratio entre le cash-flow et les dettes est un indicateur de la solvabilité de l’entreprise. Si celui-ci est supérieur à 1, l’entreprise est en mesure de faire face à ses dettes. Si celui-ci tombe en dessous, l’entreprise risque une cessation de paiements.

Le flux de trésorerie disponible ainsi calculé va intéresser banquiers et actionnaires puisqu’il peut permettre de déterminer les sommes réellement disponibles pour rembourser de nouveaux emprunts et payer les dividendes.

En tant que chef d’entreprise si vous souhaitez procéder à de nouveaux investissements, il est important d’en faire le calcul avant de vous tourner vers vos banques.

 

Pour connaître la faisabilité de vos projets, vous pouvez également faire la simulation en ligne (gratuite et sans engagement). Les experts en solutions de financement des entreprises de Partners Finances vous donnent une réponse de principe sous 48h** et répondent à vos questions.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Montant du projet
Lancer ma simulation