Actualités
Les actualités
Partners Finances
Actualités > Economie > Conso : le volume des crédits à la baisse en mai

Conso : le volume des crédits à la baisse en mai

Posté le 20 août 2020 à 08:00
femmes faisant les comptes

La crise sanitaire du Covid-19 qui a entrainé un confinement de la population en France et dans le monde, a généré une perte de la consommation des Français de 5 milliards d’euros. Côté production de crédits à la consommation, l’Association française des sociétés financières note un recul de 43,5% au mois de mai 2020, ce qui est logique au vu de la situation de crise. En résumé, sur les cinq premiers mois de l’année 2020, la baisse des flux de crédits a atteint 26,9%. D’après les dernières données de la Banque de France, la croissance annuelle du crédit à la consommation est à nouveau positive au mois de juin après cinq mois consécutifs de baisse, pour atteindre ainsi un point haut depuis décembre 2012.

Si le mois d’avril 2020 a connu une chute du flux de crédits à la consommation de 68,3%, principalement due au confinement total de tous les Français, le mois de mars avait lui aussi déjà commencé à subir les conséquences de la crise du coronavirus avec une baisse de 25%. Normal, puisque le confinement de la population a commencé le 17 mars. Le mois de mai a donc été coupé en deux, puisque c’est le 11 mai que le déconfinement a été entamé. Pourtant cela n’a pas été signe de regain de confiance des ménages, puisque la chute de la production de crédits au mois de mai est de 43,5%, un chiffre toujours très élevé.

Les conséquences économiques de la crise du Covid-19 ont donc eu un impact important sur le recours au crédit à la consommation en mai 2020. Comparé à l’année 2019, concernant la période du mois de mars à celui du mois de mai, la baisse de production de crédits est de 46%, ce qui représente un volume quasiment divisé par deux. Au total au mois de mai 2020, ce sont 2,14 milliards d’euros qui ont été consacrés aux crédits à la consommation, ce qui équivaut finalement au même chiffre qu’en 2016. Le mois de juin montre cependant une nette remontée, avec un encours revu à la hausse.

Aucune catégorie de crédit n’a été épargnée par la crise sanitaire et économique provoquée par le Covid-19, ainsi, le prêt personnel est le plus touché avec un recul de 60,6% au mois de mai 2020. Concernant la baisse totale sur les cinq premiers mois de l’année, le prêt personnel est en régression de 30,2%. Le crédit renouvelable quant à lui n’est pas en rade dans les chiffres revus à la baisse puisque qu’au mois de mai 2020 il enregistre une baisse de 39,6% et de 22,7% sur les cinq premiers mois de l’année. Conjointement, ces deux catégories de crédit ont encouru un volume qui n’atteint même pas les 500 millions d’euros pour le mois de mai. Concernant les locations avec option d’achat (LOA) elles ont également connu une baisse de 33,4%.

La catégorie des crédits à la consommation affectés à l’amélioration de l’habitat et aux biens d’équipement du foyer présente des chiffres un peu plus élevés avec une baisse limitée à 24,5% au mois de mai 2020, et au total depuis le mois de janvier 2020, une baisse de 10,5%. Le crédit qui a également fortement pâti du confinement est certainement le crédit auto. Avec un marché automobile qui s’est complètement effondré à cause du confinement depuis le mois de mars, la conséquence sur les ventes de véhicules a été catastrophique. Pas étonnant dans ces conditions que le financement automobile soit en forte diminution. Pour les voitures neuves, la chute des crédits est de 39%, ce qui représente moins de 500 millions d’euros de volume de prêts auto. Pour les véhicules d’occasion la baisse est encore plus importante avec 49,2%, ce qui représente pour les deux catégories une baisse de 34% depuis le début de l’année 2020. Enfin, côté leasing, il est divisé en deux en mai 2020 pour les véhicules neufs avec une baisse de -54,9% et 52,7% pour les véhicules anciens.

ebook guide gratuit réussissez votre rachat de credits

La crise du coronavirus n’a semble-t-il pas touchée de plein fouet le marché immobilier qui reste imperturbable, contrairement au marché des actions qui a lui vacillé en conséquence du Covid-19. Les prix de l’immobilier n’ont guère baissé en ce temps de crise et le volume de transactions est relativement important en ce début d’été. Cela est dû en partie à tous les reports de projets, qui ont finalement pu être réalisés à la sortie du confinement. Et pourtant, l’accès au crédit immobilier est devenu plus difficile ces derniers mois, tout comme les conditions se sont endurcies. De plus, le crédit immobilier est devenu moins attractif depuis le printemps 2020 et cela à cause de la conjonction de deux raisons principales qui sont :

  • Une hausse des taux d’emprunt
  • Une baisse du taux d’usure

Pourtant en novembre 2019, les taux d’intérêt des crédits immobiliers étaient à un niveau bas record avec une moyenne de 1,12% toutes durées confondues. Selon l'observatoire Crédit Logement/CSA pour le mai 2020, ils sont remontés à une moyenne de 1,25%. Parallèlement, le taux d’usure qui est le taux plafond au-delà duquel les banques et établissements de crédit n’ont pas le droit de prêter de l’argent, est en baisse continuelle. Son niveau actuel est 2,40% pour les crédits qui s’étalent sur une durée comprise entre 10 et 20 ans, et 2,51% pour les prêts allant sur une période de 20 ans et plus.

Les emprunteurs sont donc pris en tenaille entre le taux d’usure qui ne cesse de baisser et les taux d’intérêt qui ne cessent de monter. Résultat : les dossiers les plus fragiles ne sont pas accepté et les banques ne cessent de monter leurs taux d’intérêt.

Voici quelques conseils pour faire passer son dossier et pour réaliser un projet immobilier et emprunter de l’argent auprès d’une banque aujourd’hui :

  • Faire bien attention à ce que le projet immobilier soit en adéquation avec ses revenus et son éventuel apport personnel car un dossier qui sera disproportionné aura beaucoup de mal à passer. Pour viser juste, il est recommandé de faire une simulation de prêt immobilier en ligne, cela est gratuit et sans engagement. Il est ainsi possible de savoir, selon les revenus de l’emprunteur et de l’éventuel co-emprunteur, la somme qu’il est possible d’emprunter.
  • Bien préparer son dossier, cela signifie mettre en avant tous les atouts de son profil, à savoir : une bonne tenue de compte bancaire avec absence d’incidents, une situation professionnelle stable et des revenus réguliers, pas ou peu de crédits à la consommation en cours, éventuellement une domiciliation des salaires dans la banque prêteuse.
  • Ne pas hésiter à faire jouer la concurrence, qu’il s’agisse du taux d’intérêt ou du cout de l’assurance emprunteur, en faisant plusieurs demandes et recevant plusieurs propositions de prêt immobilier
  • L’option de contacter un courtier comme Partners Finances pour vous accompagner dans votre démarche de crédit immobilier est très utile. Excellent conseiller, expert en crédits, il dispose d’un large réseau de partenaires et saura vous faire gagner un temps précieux, tout en décrochant la meilleure offre, la plus adaptée à sa situation et à ses besoins
Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours
Lancer ma simulation