Actualités
Les actualités
Partners Finances

Quel est le taux d’endettement maximum pour un rachat de crédits ?

Posté le 25 septembre 2019 à 09:50
Quel est le taux d’endettement maximum pour un rachat de crédits ?

Le taux d’endettement est un élément fondamental pris en compte lors d’une opération de rachat de crédits. Variable dans les critères des établissements financiers, le calcul du taux d'endettement est très important pour la réussite d‘une demande de regroupement de prêts. Bien évidemment le taux d’endettement n’est pas le seul paramètre qui va avoir une influence sur cette solution financière, car les revenus du ménage sont également très importants. La situation locative de l’emprunteur, c’est-à-dire s’il est propriétaire ou locataire, est un autre paramètre que les organismes de crédit vont prendre en considération pour traiter un dossier.

Le taux maximum d’endettement d’un foyer accepté par les banques et les divers établissements financiers est de 33%. Cette moyenne n’est pas une loi gérée par une législation, mais elle tient pour règle établie de manière générale et est considérée comme un seuil raisonnable. Le chiffre de 33% n’a pas été choisi au hasard, il représente en fait un tiers des revenus. Cela signifie qu’avec 33% de taux d’endettement, un foyer consacre un tiers de ses revenus mensuels au remboursement de ses différents crédits, qu’il s’agisse des crédits à la consommation ou de prêts immobiliers divers.

Dans certains cas, l’emprunteur peut avoir un taux d’endettement qui va au-delà de ce plafond général fixé par les établissements financiers et nous verrons plus loin dans ces articles quelles sont les conditions d’acceptation d’un tel dossier. Il faut savoir qu’il existe deux tendances au sein des organismes de crédit :

  • Les établissements de crédit qui respectent la généralité, à savoir que le taux d’endettement ne peut en aucun cas dépasser le tiers des revenus du ménage. Dès qu’ils reçoivent une demande qui dépasse ce seuil, ils refusent systématiquement de traiter le dossier car ils estiment que le risque de défaut de paiement des mensualités est trop élevé.
  • Les organismes financiers se penchent plutôt sur le reste à vivre du foyer, c’est-à-dire la somme d’argent qui reste pour assumer le quotidien, après avoir payé toutes les charges. Des paramètres comme le nombre d’enfants à charge ou encore l’importance des revenus sont alors pris en compte également. Le taux d’endettement a moins d’impact sur un accord de crédit lorsque les revenus sont élevés. S’il est important et dépasse les 33%, cela ne signifie donc pas forcément que l’emprunteur ne pourra pas faire un rachat de crédits. Le but de l’opération étant justement d’accompagner les clients vers une renégociation du taux d’intérêt, qu’il s’agisse de crédits à la consommation ou d’un prêt immobilier. Dans ce cas, justement, l’objectif est de faire baisser le taux d’endettement.

Les revenus qui entrent dans le calcul du taux d’endettement sont en principe les mêmes pour tous les organismes financiers. Il s’agit des salaires,  des pensions de retraite, des primes de 13ème mois, des revenus professionnels non-salariés des indépendants, des artistes, des pensions alimentaires et d’invalidité, et certains incluent aussi les allocations familiales.

Lorsque les banques et les organismes de crédit considèrent que les revenus d’un foyer sont trop faibles, ils n’acceptent pas un taux d’endettement trop important. En général, celui-ci ne pourra pas dépasser les 30%. Pour donner un exemple concret, considérons un foyer modeste dont les deux conjoints travaillent, et leurs ressources sont égales à 2.000 euros par mois. Avec un taux d’endettement de 30%, la mensualité de crédit maximale qu’ils pourront rembourser sera de 600 euros. Les banques et les établissements financiers veulent se protéger et en même temps à tout prix éviter à leurs clients un défaut de remboursement. Un endettement au-delà de 33% dans ce cas n’est donc pas envisageable.

Les organismes spécialisés en rachat de crédits appliquent une autre politique. En effet ils considèrent qu’étant donné que le but de l’opération de regroupement est de faire baisser le taux d’endettement, ils sont capables de proposer des offres dans ce sens, même lorsque les revenus du foyer sont modestes. Cela se traduit par un nouveau crédit souscrit sur une période plus longue, ce qui va avoir un impact sur le montant de la mensualité qui pourra être peu élevé et surtout adapté aux ressources du ménage. Il est important de noter que cette action va cependant augmenter le coût total du crédit. Plus la durée est longue, plus les intérêts à payer sont importants, et au contraire, plus la durée de remboursement d’un crédit est courte, moins les intérêts sont élevés.

ebook guide gratuit réussissez votre rachat de credits

Les choses sont différentes pour un ménage dont les revenus sont plus aisés. Dans certains cas, le taux d’endettement peut atteindre les 45%, principalement lorsque l’emprunteur est propriétaire et que le financement est inférieur à 20 ans. Pour un financement supérieur à 20 ans, les banques et organismes de prêt autorisent un taux d’endettement jusqu’à 42%. Ce niveau peut donc varier à la baisse ou à la hausse en fonction d’un autre paramètre qui est le reste à vivre (la somme d’argent restante par mois pour subvenir à ses besoins de tous les jours). Lorsque les revenus du ménage sont confortables, le taux d’endettement peut donc être élevé sans que cela ait un impact sur l’accord de la banque.

Pour donner un autre exemple concret, prenons le cas d’un foyer qui dispose de 7.000 euros de revenus par mois au total. Si le taux d’endettement atteint les 35%, c’est-à-dire 2.450 euros par mois consacrés au remboursement d’un ou plusieurs crédits, il restera toujours au foyer la somme de 4.550 euros par mois pour vivre et payer toutes les autres charges mensuelles (eau, électricité, gaz, téléphone, internet, alimentation, loisirs, habillement, etc.). Considéré comme relativement confortable par les banques, ce reste à vivre, pourra donc permettre à l’emprunteur d’augmenter légèrement son taux d’endettement. Il peut aller jusqu’à 40%, avec des mensualités supérieures, atteignant les 2.800 euros. Bon à savoir : la hausse du montant des mensualités entraîne toujours une baisse de la durée de remboursement et donc un crédit moins coûteux.

Un taux d’endettement excessif qui se rapproche du surendettement est celui qui se rapproche des 50%. C’est-à-dire que le remboursement des crédits en cours constitue la moitié des revenus du ménage. Dans ce cas, le rachat de crédits intervient comme une solution optimale, car il va permettre de diminuer de façon significative le montant global de ces remboursements. Les éléments qui vont permettre cette chute sont soit un taux d’intérêt unique pour l’ensemble des crédits rachetés et qui pourra être revu à la baisse, soit encore l’étalement de la dette sur une période plus longue. Le résultat sera un rapprochement d’un taux d’endettement à 33%, la limite raisonnable autorisée de manière générale.

Quoiqu’il en soit et dans tous les cas de figure, l’organisme prêteur va vérifier plusieurs choses avant de donner son accord. Il commencera par étudier la solvabilité de l’emprunteur en vérifiant sa situation professionnelle et la stabilité de ses revenus. Celui-ci devra présenter une tenue de compte bancaire impeccable et sans incident de paiement ou rejet de prélèvement. Les emprunteurs propriétaires pourront mettre leur bien immobilier en hypothèque ce qui est une garantie très sécurisée pour les organismes de crédit, et permet d’augmenter le taux d’endettement.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours
Abonnez-vous à nos actualités S'abonner maintenant
tag leboncoin